Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Les chiffonniers du Caire

La soufrance des chiffonniers du Caire

23 Mai 2009, 12:58pm

Publié par Les chiffonniers du Caire

Un dédommagement de 7 €

Abattages des porcs : les chiffonniers du Caire condamnés à mourir de faim


Dimanche 10 mai, deux bombes ont explosé à Zeïtoun (banlieue nord du Caire) devant la célèbre église où la Vierge Marie apparut en 1968 pendant un an à des centaines de milliers d’Égyptiens, musulmans compris.

La première a explosé à 20 h 30. Deux enfants qui jouaient sur la voiture piégée ont frôlé la mort de justesse, en partant courir loin de là quelques secondes avant l’explosion. Une deuxième bombe a éclaté à une heure du matin, mais aucun blessé n’est à déplorer. Les journaux égyptiens ont reconnu que ces bombes étaient du même type que celle qui a explosé au Caire en avril, tuant des touristes.

Aucun cas de grippe connu

Le 15 mai, aucun cas de grippe A n’était encore à déplorer dans le pays, et pourtant l’abattage des porcs a bel et bien commencé, bon prétexte pour appliquer le précepte musulman de l’interdiction du porc. La population concernée par la décision gouvernementale est celle des chiffonniers, chrétiens pour la plupart. Tous sont unanimes : ils ne savent plus comment ils vont nourrir leur famille. Ils n’ont pas les moyens d’acheter du grain pour des poulets, il n’y a ni herbe ni foin à donner à des vaches ou des moutons. La mesure est bien sûr discriminatoire contre les chrétiens, mais on vient de découvrir que de nombreux chiffonniers musulmans élevaient des porcs (nécessité fait loi !), eux aussi vont être réduits à la famine.

Maltraitances et risques de révolte

Après que les chiffonniers de Moqattam, au centre du Caire, se sont révoltés contre la police dimanche 3 mai, ils ont été frappés à coups de matraque et de grenades lacrymogènes, et exhortés à la raison par le Père Samaan, leur prêtre charismatique qui possède un don de guérison.

Au soir du 15 mai, presque tous les porcs avaient été tués à Moqattam, mais seuls les chiffonniers les plus fermes, qui ont exigé de toucher l’argent avant de livrer leurs cochons, ont reçu 50 livres (7 € !). Maurice, un des éleveurs, est au désespoir : « Qu'est-ce que je vais faire maintenant, ce ne sont pas ces quelques sous qui vont me donner une solution !» Mariam, une veuve mère de sept enfants, pleure : non seulement on lui a égorgé ses trente porcs, mais la police l’a molestée et l’a forcée à payer l’abattage !

Bien avant l’épidémie, il avait été annoncé officiellement que le bidonville d’Ezbet el Nakhl serait entièrement rasé le 15 mai. Vendredi 1er mai, des bull-dozers sont venus pour raser porcheries et bidonville ; les chiffonniers les ont criblés de pierres et fait partir, ils ont eu pour le moment plus de chance qu’au Moqattam. Le soir du 15 mai, le Dr Adel Ghali, le célèbre médecin des chiffonniers qui œuvra pendant vingt ans avec Sœur Emmanuelle, nous a confirmé que rien ne s’est produit et que tout était calme à Ezbet el Nakhl. Mais la situation reste explosive et pourrait facilement tourner au bain de sang.

Marie-Gabrielle Leblanc

source : http://www.famillechretienne.fr/societe/monde/abattages-des-porcs-les-chiffonniers-du-caire-condamnes-a-mourir-de-faim_t7_s36_d51784.html

Commenter cet article