Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Les chiffonniers du Caire

Quand les affaires sont des déchets

20 Décembre 2008, 10:45am

Publié par Les chiffonniers du Caire


Un détritus de l'homme est le trésor d'un autre homme - au moins aux yeux des entreprises privés anonymes espérant réaliser un bénéfice à partir de rassembler les monticules toujours croissants du Caire des ordures

Par Fatima EL-Saadani

Le volume d'ordures produit par du Caire 18 millions de personnes est bien davantage que le zabaleen (collecteurs d'ordures) de Manshiet Nasser peut traiter utilisant leurs chariots et manuel d'âne tamisant des méthodes, un fait qui a incité le gouvernement à contracter les compagnies étrangères et locales pour assurer le processus de collection d'ordures à travers les zones du plus grand Caire au cours des quatre à cinq dernières années.

Ce n'a pas été le travail le plus facile au monde de couper en affaires lucratives de rassembler les ordures, a été la vie dont des milliers zabaleen pendant des décennies. Il également n'a pas été facile de convaincre des personnes de la nécessité de payer des honoraires sans plus que le 10 par mois pour faire enlever leurs ordures par les professionnels plutôt que par le collecteur d'ordures plat-vêtu.

La lutte entre les collecteurs d'ordures de corporation et différents a mené à l'arrêt des contrats dans certains secteurs et à l'accumulation suivante des ordures du côté de la route. En attendant, quelques compagnies contractées sont parvenues à rester sur le dessus à côté de former des alliances avec leur concurrence même pendant que d'autres abandonnaient la partie et demandaient à être libérées de leurs contrats - ou les costumes lancés d'arbitrage contre les governorates du Caire et de Giza.

(Pour plus sur la matière, voyez « pour nettoyer votre désordre » par l'auteur aîné Hania Moheeb, novembre 2006, la page 62.)

« La seule manière de résoudre le problème des ordures du Caire est de mettre le zabaleen sous la commande des compagnies, qui est quelque chose que les autres compagnies ne veulent pas parce qu'elles la voient comme mal de tête, » dit Anotonio Canale, directeur général d'AMA Arab Environment Company (Arabe d'AMA).

L'Arabe d'AMA est une entreprise en participation courue par l'International d'AMA, la compagnie municipale de l'hygiène de Rome, qui détient une part de 85% dans l'entreprise égyptienne. Les entrepreneurs arabes détiennent une part de 5% et FINBI possède 5% ; une institution financière italienne tient l'équilibre.

En août 2001, l'International d'AMA a soumis une proposition pour la collection d'ordures, et a été attribué un contrat pour les zones nordiques du Caire. Après une année des négociations, essayant de repasser dehors les détails des clauses d'arrêt et des pénalités, le contrat a été finalement signé en août 2002, avec l'Arabe d'AMA débutant ses services le 1er décembre 2003.

« Nous étions chanceux [ce les négociations ont seulement continué pendant une année, parce que] nous adressions certaines choses et personne n'écoutait nous, jusqu'à ce que le Gouverneur Shehata ait résolu tous les problèmes que nous avions en un jour, » dit Canale. « Même [puis], nous ne pouvions pas résoudre tous les problèmes. Récemment, un conseiller a été nommé pour étudier un nouveau contrat qui sera appliqué pour toutes les entreprises de gestion de déchets solides en Egypte, [adressant] tous les problèmes des contrats courants. »

 

« Le zabaleen devrait nous remettre la perte plus de parce que c'est notre perte. Nous le possédons. »

Le premier contrat de la compagnie pour le Caire du nord a inclus sept zones, de Shubra à EL-Zeitoun, avec une population de 3 millions de personnes emballés dans un labyrinthe des petites rues qui ressemblent à un marché imperméable jusqu'à 2am. « Vous devez concevoir en fonction le système la population, autrement vous ne serez pas réussi, » Canale dit pendant qu'il explique le temps pris pour formuler un plan de travail. Le plan final a été basé sur une étude appronfondie des routes, la densité de population, le nombre de maisons et les modèles de comportement pour la région nordique du Caire seule.

Les stratégies des entreprises étrangères vers le processus de collection d'ordures ont varié, le plus notoire dont ont été les grands casiers d'ordures qui sont devenu un spectacle familier sur des coins de la rue à travers la ville. Elles n'ont pas duré très longtemps, en particulier une fois que les habitants des secteurs trouvaient de meilleures utilisations pour les casiers que leur but initial.

Canale explique cela à la lumière de ces défis, Arabe d'AMA a proposé une stratégie alternative.

« Nous avons conçu un nouveau système qui a été présenté pour la première fois en Egypte - l'équipement de compactage stationnaire qui a été fabriqué réellement en Egypte. » Au lieu d'importer des compacteurs aimez ceux sur le dos d'un camion d'ordures, Arabe d'AMA a contracté MCV - les véhicules utilitaires de fabrication Egypte-basés, principalement un automatique-fabricant - pour produire les compacteurs localement utilisant la technologie internationale et le savoir-faire d'AMA beaucoup à un plus peu coûteux que les unités importées. « Nous avons 50 stations [de compactage] partout [le nord du Caire]. [Le compacteur] est gardé par trois personnes alternant sur les décalages de huit heures, » il s'ajoute.

Après les rues s'activantes de la région du nord du Caire installez-vous dans les heures tôt du matin, les camions arabes d'AMA arrivent, enlèvent les pleins compacteurs et les prennent à vider à l'usine de la fabrication de compost de la compagnie et au centre d'enfouissement des déchets dans Kattameya.

Le rassemblement des ordures de différentes maisons était une autre tâche que l'Arabe d'AMA a luttée avec au début.

 

La « Suisse est propre pas en raison du bon service. La Suisse est propre en raison du comportement des personnes. »

« Nous étions la seule compagnie qui a voulu que le zabaleen signât un contrat avec nous, » Canale dit. « Nous avons offert un salaire pour chaque personne qui signerait un contrat très simple avec nous, qui ont dit qu'ils ont dû rassembler des ordures pendant huit heures par jour, pas pendant trois heures comme ils font maintenant, qu'ils ont dû fonctionner sous notre système, portons notre uniforme, qu'ils ne devraient pas rassembler des ordures sur les cages d'escalier comme ils faisaient et qu'ils devraient nous remettre la perte plus de parce que c'est notre perte. Nous le possédons. »

Payant un salaire de le 530 par collecteur d'ordures, Canale a su que la compagnie serait prise pour accordé, mais a mis un système en place qui protégerait les finances de la compagnie et laissez contracté pour zabaleen savent que l'Arabe d'AMA a voulu dire des affaires.

« Cela a pris huit mois pour être en pourparlers ce contrat, avec 1.000 sous-contrats pour tout le Caire du nord. C'était une bataille très difficile parce qu'ils ont voulu voler les ordures, [] prenez l'argent et ne pas réaliser le travail, » il dit. « Le premier mois nous avons payé tout le monde, le deuxième mois où nous avons commencé à appliquer les règles du contrat et à payer seulement 90% ou 70% de ce qui a été convenu. La prochaine fois que nous avons résilié notre contrat avec elles. »

L'Arabe d'AMA est dans les négociations avec le zabaleen - qui composent 60% du personnel de la compagnie aujourd'hui - mais lutte toujours avec l'autorité de nettoyage et d'embellissement du Caire (CCBA), qui pénalise la compagnie pour les ordures arriérées au Caire du nord. « Le CCBA, qui nous commande, ne comprend pas que tout ceci [continue], et applique juste des pénalités s'ils trouvent des ordures. Il est difficile d'expliquer [au CCBA] que c'est une guerre, » Canale dit.

Tandis qu'il est disposé à lutter avec la profession historique qui a créé une borne limite au coeur du Caire avec ses montagnes des ordures, d'autres ordures de compagnies pour accepter volontairement le mal de tête.

« La compagnie espagnole [Fomento de Construcciones y Contratas, qui fonctionne comme services environnementaux de l'Egypte] a refusé d'accepter ceci, et cela est pourquoi elles sont parties. À un certain point, ils ne pourraient pas contrôler - tous leurs casiers disparaissaient - parce que leur système était d'installer les casiers [en plastique] dans leur secteur, » Canale dit, ajoutant que la compagnie a perdu 5.000 casiers avant l'abandon de la partie.

À Giza du sud, par exemple, où il y a quatre millions d'habitants, le rendement quotidien d'ordures est environ 2.000 tonnes. « Zabaleen ne peut pas manipuler 2.000 tonnes d'ordures par jour utilisant leurs chariots d'âne ! Nous ne promettrons pas de balayer les rues, parce que tant que le zabaleen ne sont pas sous notre commande, nous serons pénalisé s'il y a n'importe quelles ordures trouvées sur la rue, » lui dit. « Nous sommes intéressés d'avoir le zabaleen fonctionner pour nous, parce qu'autrement, [le governorate] appliquera une pénalité. »

Après avoir prouvé son succès au Caire du nord, Arabe d'AMA a été attribué l'année dernière un nouveau contrat pour le Caire occidental, apportant sous son mandat Manshiet Nasser, la maison du zabaleen elles-mêmes.

Enlèvement des ordures

Une fois que le réseau complexe de zabaleen, presque 400 petits camion pick-up et 50 compacteurs ont réalisé leur travail de rassembler les ordures, la perte est troqués dehors à l'usine du compost d'AMA dans Qattameya. L'usine a été achetée du CCBA quand AMA a été attribué le contrat et a une capacité de 640 tonnes par jour. Les mises à niveau potentielles à l'usine ont pu soulever sa capacité à 1.000-1.500 tonnes par jour.

L'investissement dans un nouveau service serait entre le le 50-70 millions, un prix intéressant comparé au coût potentiel d'un service semblable en Europe. « En Italie il vous coûtera beaucoup, beaucoup plus naturellement, parce qu'il y a toutes sortes d'électronique et bâches etc. Ici, le terreautage est fait en plein air, parce que le temps est sec. En Allemagne, ils doivent commander l'environnement - et cela vous coûtera tellement plus, » Canale dit.

Après un processus de tri prolongé à l'usine, environ 20-30% des ordures rassemblées va au remblai pour la disposition. La « composition en ordures est différente dans chaque endroit, [mais] nous a laissés dire un 50-55% moyen est organique [perte, qui est] transformée en compost [et vendue], » Canale explique, ajoutant que d'autres recyclables tels que le verre, le papier, le plastique, le tissu, le métal et le bois sont extraits à partir des ordures et séparés. « La partie restante est le rejet [qui est environ] 20-30%, [et] va au remblai. »

Dans l'endroit d'un trou normal, le remblai de l'Arabe d'AMA prendra moins de quatre ans à remplir à partir du temps la compagnie a pris sur le devoir occidental de collection d'ordures du Caire. Après, Canale dit qu'il peut être transformé en parc, juste comme le parc d'Azhar. « Autrement vous seriez laissé avec un grand trou dans la terre que vous devez remplir, » il explique. « Notre remblai est commandé, elle a couvert journalier, nous avons l'équipement et les compacters là - il est correctement couru, » il dit, ajoutant que les spécialistes internationaux l'ont inspecté. « Nous avons déjà un nouvel emplacement prêt pour un nouveau remblai parce que [les bâtiments résidentiels viennent plus étroitement]. »

Une question du comportement

La « Suisse est propre pas en raison du bon service. La Suisse est propre en raison du comportement des personnes. En fait, nous faisons un meilleur service ici qu'en Suisse, parce qu'ici nous [rassemblez] trois fois un jour, » Canale réfléchit.

Avec une contribution $1.5 millions de Cooperazione Italiano, l'Arabe d'AMA a lancé des campagnes de sensibilisation pour enseigner la génération plus jeune au sujet de l'importance de manipuler correctement des ordures. Les « gens ne s'inquiètent pas [au sujet de l'hygiène publique] parce qu'à l'heure actuelle, ils s'inquiètent seulement de l'espace à l'intérieur de leur appartement. Quand ils sortent la porte, ce n'est pas leur terre. Ils devraient changer cette mentalité et penser qu'en dehors de la porte est également leur terre. »

Tout le comportement n'est pas le même à travers le Caire. « Au Caire occidental là vole beaucoup moins ; nous avons éteint les casiers et ils n'ont pas disparu. Il y a une partie qui ont manquer allé, mais pas beaucoup. Ainsi le comportement de la population au Caire occidental est différent déjà. Cela tout prend du temps, des » états de Canale fièrement.

Luttant avec la crainte inhérente que les Egyptiens ont des entreprises étrangères venant pour réaliser un bénéfice à partir des personnes, Canale réitère sa philosophie une plus de fois. « Seulement les grandes compagnies peuvent réaliser ce travail, parce qu'il a besoin de grands investissements - nous avons investi $100 millions au Caire du nord, » il dit. « [Un tel investissement] ne peut pas être tout payé en un an, celui est pourquoi le contrat est pendant 15 années [] de petites entreprises [avec] des contrats d'un an [ne pouvez pas] réaliser le travail. Ils sont obligés pour utiliser juste l'équipement très vieil [] parce qu'ils ne peuvent pas investir la quantité nécessaire en un an. »

Avec un nouveau contrat pour le Caire occidental, l'Arabe d'AMA investit encore $100 millions, et Canale précise que seule la machine rapide coûte 1 million. La compagnie aura 5.000 employés vers la fin de 2007 - une balance que de plus petites compagnies ou des contrats plus courts de limite ne pourraient pas manipuler.

La réutilisation pourrait-elle décoller en Egypte sur l'échelle qu'elle a atteinte en Europe ? Ce, selon Canale, est une industrie totalement différente qui aurait besoin de sa propre série d'investissements dans lesquels AMA ne va pas entrer. Mais la culture et l'espace demeurent les deux obstacles les plus importants dans le mouvement vers la réutilisation. « Nous [lancés] un petit projet pilote qui a démontré qu'il est très difficile [pour commencer à réutiliser à la source]. Il est presque impossible, parce que ces personnes vivent dans les secteurs de la densité de population élevée, comme c'est le cas au Caire du nord, [] et il n'y a aucun espace pour installer des casiers pour la réutilisation. le » BT

Article traduit par babelfish
article original en anglais ici :
 http://www.businesstodayegypt.com/article.aspx?ArticleID=7626

Commenter cet article

kl0uny 21/12/2008 23:02

CouCou,de passage,+5 pour ton blog

Les chiffonniers du Caire 22/12/2008 11:05


merci